Mieux aménager l’écosystème forestier

Grâce aux logiciels Arbrio

05-10-2011

par Martine Girard,
directrice informatique et géomatique

L’équipe de Plani-Forêt est mandataire de gestion pour les contrats d’approvisionnement (CAAF) de plusieurs industriels de la transformation. Les nouvelles règles imposées par le ministère des Ressources naturelles et de la Faune (MRNF) nous imposent d’adapter la planification aux principes de l’aménagement écosystémique. Le MRNF vise principalement à maintenir le couvert qui reproduit la répartition des classes d’âge de la forêt naturelle sur une certaine portion du territoire.

Plani-Forêt, avec les collègues de la division Arbrio, a ainsi développé plusieurs applications qui nous permettent de mesurer l’atteinte des objectifs de l’aménagement écosystémique. Par exemple, la présence d’aires de trappe exige des bénéficiaires de CAAF qu’ils respectent différentes normes liées à la répartition du couvert, lesquelles influencent la manière dont on répartit les aires de coupe dans l’unité d’aménagement forestier (UAF).

Nous avons conçu les outils informatiques pertinents pour chacun des indicateurs qui aident à évaluer la performance des gestionnaires forestiers. Nous pouvons ainsi valider que les travaux réalisés respectent la répartition requise des différents stades d’évolution du couvert forestier :
régénération (<7m),
gaulis (7 et plus),
maturité (>12m) et suranné.

Pour chaque unité territoriale de référence (UTR), nous sommes en mesure de valider les patrons de coupe en utilisant toute l’information disponible. Cela comprend les données du troisième et du quatrième inventaire décennal et les éléments requis dans les rapports annuels d’intervention forestière. La compilation de toutes ces strates de données peut être présentée sous forme de cartes ou de fichiers Excel (voir illustration ci-dessous).

Sur le territoire de la Paix des Braves
Certaines UAF du Nord-du-Québec sont soumises à des contraintes particulières liées à l’entente de la Paix des Braves, qui se distinguent des règles habituelles. Ainsi, le mandataire de gestion doit respecter diverses contraintes, comme maintenir au moins 30 % du couvert d’une hauteur de trois mètres et plus, réaliser 75 % de la récolte par la coupe mosaïque, etc. Des règles encore plus contraignantes s’appliquent dans les territoires d’intérêt faunique, où il faut conserver au moins 50% des tiges de sept mètres et plus, en plus de maintenir 10% des strates forestières âgées d’au moins 90 ans.

D’autres modules de notre variété de logiciels de planification permettent de considérer les différents types d’affectation du territoire public et les contraintes liées à la foresterie, par exemple : les affectations surfaciques, linéaires et ponctuelles, les forêts résiduelles, les lisières boisées, les secteurs sensibles à l’orniérage, les refuges biologiques, les vieilles forêts protégées, les zones d’aménagement intégré, les secteurs d’encadrement visuel, les forêts expérimentales, l’habitat du caribou et les milieux sensibles à la cladonie, etc.


« Retour aux nouvelles